07/08/2017

"Musiques mariales à Venise"


"Musiques mariales à Venise", c'est le thème des Vêpres Musicales 2017 de Cucuron (Vaucluse), où vous entendrez Mardi 15 Août quelques voix et solistes de l'Ensemble vocal Cori Spezzati !

* Au programme : des œuvres de Claudio Monteverdi, Giovanni Rovetta, Bernardino Nanino, Paolo Cima...

* Mardi 15 Août à 18h : avec le Chœur de Cucuron & l'Ensemble vocal Cori Spezzati. Basse de viole : Marie-Pierre Filloux, Théorbe : Nigel Solomon, Orgues : Cécile Glaenzer & René Delosme, Direction : Olivier Opdebeeck.

Entrée libre. Venez !

20/07/2017

Tout est possible



 
"Tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n'abandonne jamais."

Xavier Dolan


25/06/2017

"S'abandonner à vivre"



Résumé : "Devant les coups du sort il n'y a pas trente choix possibles. Soit on lutte, on se démène et l'on fait comme la guêpe dans un verre de vin. Soit on s'abandonne à vivre. C'est le choix des héros de ces nouvelles. Ils sont marins, amants, guerriers, artistes, pervers ou voyageurs, ils vivent à Paris, Zermatt ou Riga, en Afghanistan, en Yakoutie, au Sahara. Et ils auraient mieux fait de rester au lit."

Tour à tour globe trotter ou ermite, infatigable promeneur, grimpeur invétéré, Sylvain Tesson est habitué au dénuement et au dépouillement. Il nous embarque ici aux quatre coins du monde, tout en fustigeant notre société et ses névroses. 19 nouvelles, 19 fables : un recueil éclectique truffé d'aphorismes qu'on voudrait tous retenir… 

Iguane - "Il avait la joue creuse, le teint brûlé, l'œil aux aguets et quelque chose de l'iguane des Galapagos dans sa manière de se mouvoir prudemment, douloureusement, comme ces bêtes dont la démarche sur la lave séchée avait inspiré Darwin." 

Fatalisme - "Le pofigisme est une résignation joyeuse, désespérée face à ce qui advient. Les adeptes du pofigisme, écrasés par l'inéluctabilité des choses, ne comprennent pas qu'on s'agite dans l'existence." 

Religion - "Tatiana imagina les babouchkas à l'œuvre devant l'iconostase. Elles devaient être en train de se prosterner devant l'icône, de s'écraser le visage contre les stigmates, et d'appeler de toutes leurs forces le monstrueux néant de la vie éternelle pour se consoler d'avoir traîné si patiemment le fardeau d'une existence en larmes sur la terre sibérienne." 

Sommets urbains - "Grimper, c'était s'évader du parc humain. Nous caressions les gargouilles, nous donnions des petits noms aux tarasques. Nous passions les parapets, vivions sur les rebords. Nous aimions les cathédrales, ces monstres encalminés dans une époque qui avait renoncé au mystère. Nous étions des chats, la ville nous donnait ses gouttières. Nous nous tenions au sommet des hunes, veilleurs des vaisseaux de pierre. Et le vent imprimait parfois sur les flèches de bois une légère oscillation qui berçait nos corps hébétés de sommeil. Nos nuits sentaient la pierre taillée. Nous savions les chemins qui menaient au vigies d'où s'ouvrait la vue sur un tapis de lumière que des ignorants s'opiniâtraient à appeler la ville." 

Islam - "Depuis un voyage au Maroc j'avais contracté une aversion pour les terres d'Islam, où les femmes rampent, écrasées de la culpabilité d'exister, assommées par des soleils d'enclume et le regard des hommes fiévreux de frustration." 

Fooding - "Je me souviens des dîners chez Rezzori, boulevard Saint-Germain. Caroline y allait souvent, traînée par les petits mecs des "fusions acquisitions" de la branche new-yorkaise, en mission à Paris. Il ne serait jamais venu à ces types hors sol l'idée de faire saigner une entrecôte dans un troquet. Ils voulaient voir mousser des émulsions d'antennes d'écrevisses sur des gaspachos de concombre. D'ailleurs ils ne mangeaient rien. Ils buvaient du Roederer glacé en détaillant les bariolages que des garçons à hanches étroite, très gominés, apportaient dans des assiettes noires."

11/06/2017

Départ

x
Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.
Quelqu'un à mon coté dit : "Il est parti ! "
Parti ? Vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout !
Son mât est toujours aussi haut,
Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.
Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit : " Il est parti ! "
Il y en a d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux,
s'exclament avec joie : " Le voilà ! "
C'est ça la Mort.




 x

01/06/2017

Erreur ...?



L'expérience est le nom
qu'on donne à ses erreurs.


Oscar Wilde

24/05/2017

Requiem de Fauré

C'est avec grand plaisir que l'Ensemble vocal Cori Spezzati (clic) redonne le 18 juin ce magnifique Requiem de Gabriel Fauré : j'aurai le plaisir d'interpréter l'émouvant solo du "Pie Jesu".

Dimanche 18 juin 2017
à 16h30
St Antoine des Quinze-Vingts, Paris 12e


Les bénéfices du concert sont dédiés à l'action de la Fondation Rotary contre la Poliomyélite.

Réservez facilement vos places sur Weezevent (clic)

15/05/2017

Actualité...


"Plus une pensée est neuve, plus elle est fragile et désarmée face à la terre nourricière des vieilles idées et des anciennes images. C'est pourquoi l'art, pas plus que la pensée, ne peut changer d'une seule masse. Le temps toujours, lui, reste le maître, berger et chien de garde des vieilles idées enracinées et des formes habituelles."


"Le propre d'un passage c'est de ne jamais montrer où il mène."

Philippe Beaussant
extraits de "Passages, de la Renaissance au baroque"